Art07 - le faune creation

Aller au contenu

Menu principal :

Catalogue
 
Objets d'Art

 



"Éclosion divine"


A travers cette œuvre, j'ai voulu rendre hommage à la Nature.
L'éclatement du socle par les racines évoque sa FORCE
La taille de la fleur, sa GRANDEUR
La dorure à l'or fin, sa RICHESSE.


La légende de l'éclosion Divine

En des temps anciens, dans une province irlandaise, vivait un jeune homme prénommé Jack. Son grand-père, sentant la mort approcher, l’appela à son chevet et lui offrit un présent peu ordinaire : Il s'agissait d'une sorte de nid de feuilles d'acanthe à l'intérieur duquel se trouvait une graine.

La taille de celle-ci interpella le jeune garçon qui interrogea son aïeul sur la provenance de cette graine démesurée. Dans un premier temps, le vieil homme lui expliqua que sa taille exceptionnelle, était due au fait qu'elle était magique. Il lui confia ensuite, qu'elle détenait le pouvoir de la création en renfermant la force vitale nécessaire à toutes les espèces présentes sur notre terre. 
Hauteur 300 cm
Largeur 100 cm
 
Enfin, il finit par lui révéler que cette graine provenait du temps où les géants existaient encore. A cet instant, Jack se mit à sourire à son grand-père, pensant que ce n'était qu'une histoire de géants de plus, comme il aimait les raconter .D'ailleurs, il mettait tant de conviction dans ces récits que, même sur une île peuplée de légendes comme l'Irlande, on le connaissait pour être aussi agréable que farfelue.

Il faut dire que le vieil homme avait grandi non loin des mégalithes de Stonehenge et c'est précisément à cet endroit qu'il aurait trouvée l'étrange graine. Pour lui, nul doute que celle-ci soit tombée de la poche d'un géant, alors qu'il effectuait, comme toutes les nuits de pleine lune, la légendaire "danse des géants" dédiée à la déesse de la terre. Sentant son dernier souffle arriver, le grand-père de Jack usa de ses dernières forces pour lui confier que, portant l’étincelle de vie, cette graine fut jadis aussi convoitée que l'était le Graal à leur époque. 

Elle fut pour cela, lui dit-il, à l'origine d'un combat titanesque qui opposa les deux dernières races de géants qui foulaient encore notre terre il y a fort longtemps.

D'un côté, se trouvaient les enfants de Dana (la déesse de la terre des anciens Celtes) et de l'autre les Formorès (véritable incarnation du mal). Les premiers, héritiers légitimes de cette graine, étaient lumineux, beaux et créateurs tandis que les seconds, étaient difformes et n'aspiraient qu'au chaos, rêvant de provoquer une éclipse totale, en dévorant le soleil.

Sur ces mots, le vieil homme rendit son dernier soupir et même si, le jeune garçon douta de la véracité de cette histoire, il garda très précieusement le présent de son grand-père.

 
En l'an de grâce 1195, une terrible sécheresse toucha toute la province. Bientôt, la famine fit rage. Une nuit, Jack se réveilla en sursaut avec une étrange impression, celle d’entendre les pleurs d'une mère réclamant son enfant. Dans une intime évidence, convaincu que cet appel provenait de Dana, il se précipita dehors et mit la graine en terre. L'heure de la providence venait de sonner et c'est avec le sentiment du devoir accomplit qu'il pensa fort à son grand-père.

Au matin, une fleur gigantesque se dressait devant la porte du jeune homme. Pour les villageois, cette éclosion ne pouvait être que l’œuvre du Divin. Depuis ce jour, les plaines se mirent à reverdir, et les récoltes furent abondantes.

L'année qui suivit, à la cour du roi, l'éclosion divine était encore sur toutes les bouches. Il se disait, que la Reine elle-même, aurait bénéficié de ses pouvoirs: Souffrant d'infertilité depuis toujours, celle-ci venait pourtant de donner un héritier à la Couronne.

D'après les rumeurs, les soirs de pleine lune, c'est en parsemant la couche royale de gouttes de rosée recueillies sur la fleur géante que la Reine aurait pu enfanter.

Aujourd'hui, il semble que la graine soit encore parmi nous et que l'étincelle de Vie qu'elle porte depuis la nuit des temps, n'ait jamais cessé de briller.

Peut-être est-elle à l'origine de cette oeuvre, faisant germer dans mon esprit l'idée de la concevoir ?

Quel ravissement alors, pour mon âme d'enfant, d’imaginer avoir été « Gardienne du Graal », de l'état embryonnaire de cette création... à son éclosion.
 
 
 



Le germe est le départ du tronc d'un pin poussant à flanc de falaise, lui donnant cet aspect de boule. La tige est sa racine, celle-ci est habillée de lianes de lierre. Les feuilles et l'intérieur des pétales sont réalisées en racines.
Cette œuvre est dorée à la feuille d'or fin.




 
Retourner au contenu | Retourner au menu